Article

Mon regard personnel sur la pratique du Qi Gong

4 Sep 2021 | Qi Gong | 0 commentaires

J’ai abordé ma définition du Qi Gong dans l’article « le Qi Gong qu’est ce que c’est ? ».

Maintenant je souhaite partager un ressenti personnel beaucoup plus profond par rapport à son apprentissage.

Cet article vous permettra, peut-être, d’élargir votre regard sur la pratique du Qi Gong.

Nous portons tous un regard différent sur toutes les expériences que nous vivons au cours de notre vie. Cʼest toute la richesse de notre humanité !

Mes perceptions sont le fruit de mon cheminement personnel, ainsi que de mon expérience auprès des personnes que j’accompagne.

Il n’est pas toujours simple pour moi de mettre des mots sur mon vécu. Aussi je vais essayer d’être la plus claire possible. 😊

Je précise toutefois que ce que je tente de partager là, se vit plutôt intérieurement.

Je pratique le Qi Gong depuis une quinzaine d’années. Petit à petit mon ressenti s’est affiné. Il continue bien sûr à évoluer jour après jour.

Mon expérience de la réflexologie plantaire vient également soutenir ce processus de compréhension de notre fonctionnement intérieur.

Les bases essentielles de ma pratique du Qi Gong

Mon expérience est marquée par mon apprentissage auprès du Docteur JIAN Liujun. Je le remercie infiniment pour toute la richesse de son enseignement !

La posture de lʼarbre

Cʼest pour moi la base essentielle avant de pratiquer les mouvements.

Dans cette posture statique, nous cherchons le vide avant de créer des formes. Cette notion de néant s’explique dans la culture Taoïste.

Cependant, ce n’est pas ce que je vais développer dans cet article. Je préfère en effet partager avec vous mon ressenti basé sur mon vécu personnel. Je ne dis pas qu’il est vrai ou qu’il est faux, il “est”, tout simplement.

1- Mon approche personnelle de la posture de lʼarbre en Qi Gong

Cet entraînement permet de positionner notre corps pour qu’il puisse se relâcher complètement, et nous renforçons en même temps notre vitalité.

Les formes de postures d’arbres sont nombreuses. La plus classique se pratique debout. Nous alignons tous les os de notre squelette, nos pieds sont écartés de la même largeur que nos épaules, pour pour que notre corps soit le plus stable possible, en faisant un minimum d’effort.

Quelque soit la posture, nous commençons toujours par relâcher notre ventre ainsi que notre bassin, en décambrant légèrement nos vertèbres lombaires.

C’est un peu comme si on sʼasseyait sur un tabouret de bar, en gardant les deux pieds au sol.

Depuis notre centre de gravité, et particulièrement depuis le Ming Men (situé entre la 2ème et la 3ème vertèbre lombaire), notre colonne vertébrale se connecte à la terre et au ciel. Elle capte ainsi l’énergie de l’univers.

Au fur et à mesure de notre pratique notre axe prend la forme d’un arc de cercle, qui sert de support pour le relâchement de nos jambes et de nos bras.

Les différentes étapes d’apprentissage pour cette posture sont très nombreuses. Je les transmets pas après pas lors de mes cours, en présentiel et en ligne. C’est le fondement de mon enseignement !

2- Mon regard personnel sur la posture de lʼarbre

Ce nʼest pas une position agréable au 1er abord. En restant immobile et en relâchant notre corps nous nous connectons à un état méditatif.

Avant d’accéder un peu plus à chaque fois à ce « vide », nous passons par des phases où nous rencontrons plutôt nos nombreuses tensions corporelles…

La bascule du bassin n’est pas aisée pour toutes les morphologies. Le relâchement des hanches est souvent compliqué pour nous, occidentaux. Cette posture peut également révéler des crispations de notre cage thoracique, de nos épaules, de nos bras ainsi que de nos jambes.

En s’engageant dans la pratique du Qi Gong, bien souvent nous recherchons plutôt à ressentir rapidement une certaine légèreté dans notre corps. Nous sommes parfois plutôt attirés par des enchaînements dynamiques avec de jolies formes.

Notre société valorise le faire et l’action. En fonction de notre histoire de vie, de nos blessures, de notre santé physique et mentale, il est parfois difficile de rester immobile pendant plusieurs minutes (face à soi-même) dans une position inhabituelle…

Pourtant, je ressens profondément que cette position nous équilibre, bien au delà des apparences !

Elle nous met en lien avec tout le squelette de notre corps, la structure Yin qui est solide. Nous prenons conscience de notre colonne vertébrale pour nous recentrer et nous aligner à notre juste place, entre la terre et le ciel.

Allons un peu plus loin dans mon observation :

Le relâchement des vertèbres lombaires ouvre le point Ming Men, appelé la porte de la vie. Il est situé sur notre colonne vertébrale, juste en face de notre nombril. Lorsque ce point se relâche notre connexion à la terre par le coccyx est immédiate. Notre corps s’enracine solidement.

Lorsque notre cage thoracique se détend, notre cœur se relâche lui aussi. Il peut ainsi mieux accueillir ce qui est présent dans notre vie. Notre volonté de tout maîtriser et de tout comprendre s’arrête. Notre tête s’allège en même temps de ses nombreuses pensées.

Nous pouvons donc depuis notre tête nous laisser porter plus facilement par le ciel, car nous faisons beaucoup plus confiance à ce que la vie met sur notre chemin pour notre évolution. Notre connexion au ciel s’établit.

Depuis notre Ming Men, notre colonne vertébrale peut donc se relâcher en douceur, à la fois vers la terre et vers le ciel.

Cette connexion puissante permet de recharger en énergie vitale nos reins, qui se situent de part et d’autres du Ming Men.

Notre colonne vertébrale et tout notre être s’en trouvent nourris profondément.

Comme un arbre nous sommes bien enracinés. En même temps nous sommes libres de déployer nos multiples potentiels à l’infini. Pour moi, c’est un apprentissage corporel intéressant pour notre stabilité intérieure au quotidien.

Voici la raison pour laquelle tous mes cours commencent par la pratique de l’arbre. C’est à mes yeux la base de l’apprentissage du Qi Gong.

Le relâchement de la colonne vertébrale

1- Mon ressenti corporel pour le relâchement de la colonne vertébrale

A partir de cette observation et de ce travail corporel de préparation, nous pouvons découvrir que nous pouvons mouvoir tout notre corps depuis notre centre.

En arrondissant nos vertèbres lombaires, depuis le Ming Men, toute notre colonne vertébrale peut se se relâcher vers la terre, jusqu’au bout du coccyx, mais aussi vers le ciel en passant par les vertèbres dorsales et cervicales. Notre axe peut onduler comme une chenille, et il devient de plus en plus vivant.

Selon cette pratique, le point Ming Men devient le gouvernail, le point de départ de tous nos mouvements.

Le dessin de l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci, illustre bien mon ressenti sur cet apprentissage particulier du Qi Gong.

leonardo-da-vinci-homme-Vitruve
Dessin de l’homme de Vitruve par Leonardo da Vinci

Depuis le Ming Men, en même temps que notre colonne vertébrale s’étire en douceur vers la terre et vers le ciel, nos membres inférieurs se relâchent eux aussi très loin vers la terre, et nos membres supérieurs à l’infini vers le ciel (en haut ou sur les côtés).

Depuis notre propre centre, nous prenons corporellement conscience que nous sommes aussi au centre de l’univers.

2- Mon vécu personnel du relâchement de la colonne vertébrale

Comme tout à l’heure, allons un peu plus loin dans l’exploration de ma compréhension.

Dans notre vie de tous les jours, les différentes parties de notre corps ne sont pas reliées lorsque nous bougeons.

Nos mouvements corporels partent très rarement de notre centre depuis notre colonne vertébrale.

C’est exactement la même chose pour nos habitudes de vie.

Combien de fois dans une journée nous répondons aux sollicitations extérieures, avant dʼécouter ce qui est bon et juste pour nous-mêmes ?

Mon histoire personnelle, ainsi que la lecture des pieds des personnes que j’accompagne à mon cabinet de réflexologie plantaire, sont souvent le reflet de ce conditionnement.

Les répercutions peuvent être les suivantes :

  • Notre ventre est régulièrement tendu.
  • Notre système digestif fonctionne alors au ralenti.
  • Notre dos est plutôt cambré, et il est parfois sensible et douloureux.
  • Nous ressentons de l’insécurité au quotidien.
  • Nous refoulons nos émotions.
  • Notre cage thoracique est crispée.
  • Nous luttons très souvent face à tous les aléas de notre vie.
  • Nous cherchons régulièrement à tout porter sur nos épaules.
  • Nous réfléchissons en permanence pour tenter de maîtriser ce qui nous arrive.
  • Notre tête devient lourde à porter.
  • L’énergie de notre corps monte vers le haut.

Nous sommes alors décentrés ! Nous pouvons vite être déstabilisés et donc beaucoup plus fragiles au quotidien. C’est le lot de beaucoup d’entre nous. Il peut également y avoir des jours où nous nous recentrons et d’autres jours où nous nous perdons à nouveau.

Habituer son corps à bouger depuis son centre, c’est également pour moi apprendre à satisfaire ses besoins essentiels.

Cette réflexion sur la pratique du Qi Gong, me permet donc de changer mon regard sur notre fonctionnement intérieur. La pratique corporelle devient alors une clé précieuse pour prendre notre juste place dans la grande danse de la vie.

J’ai souvent remarqué que nous cherchions bien souvent inconsciemment notre énergie, notre carburant de vie, dans le confort de toutes les circonstances extérieures, ainsi que dans nos relations avec les êtres qui nous entourent !

Pourtant tout est déjà présent en nous. Pour nous sentir vivant, pour respirer tout simplement, nous n’avons besoin de rien ni de personne !

Lʼapprentissage du Qi Gong depuis notre centre est un trésor inestimable.

Naturellement, nous captons automatiquement et plus profondément l’énergie de la terre et du ciel au travers de notre colonne vertébrale.

Nous apprenons ainsi, au fur et à mesure, à devenir autonome pour un mieux-être physique, mental et émotionnel.

Toutefois, pour cela nous avons besoin de désapprendre toutes les bases de nos mouvements corporels.

C’est un engagement envers soi-même, un pas pour prendre soin de soi…

C’est tout ce que je découvre en moi, un peu plus chaque jour, et que je transmets également avec beaucoup de joie.

Mes clés essentielles de cet apprentissage du Qi Gong

Lors de ma pratique, j’aime explorer d’abord toutes les parties de mon corps séparément.

Depuis mon enfance, jʼai personnellement eu lʼhabitude de crisper mon corps pour me protéger du monde extérieur.

J’ai donc besoin d’apprendre à le déverrouiller, pour pouvoir ensuite le mouvoir plus facilement depuis ma colonne vertébrale et depuis mon centre. Ce n’est pas le cas de tout le monde.

Par expérience, en pratiquant en stage avec les élèves du Docteur JIAN Liujun, j’ai pu observer que le relâchement des vertèbres lombaires était beaucoup plus facile pour certaines personnes que pour d’autres.

Cette phase de découverte du corps est aussi le fondement de mes cours hebdomadaires.

Ce travail en amont est précieux car finalement nous connaissons souvent très mal notre anatomie. Bien souvent nous n’avons jamais appris écouter notre corps.

Cette apprentissage du relâchement de la colonne vertébrale est à la fois, puissant, précieux et plutôt inconfortable au début.

Il demande de la constance. Lorsque j’ai proposé des cours en ligne, en direct et gratuitement pendant le 1er confinement, j’ai tenu à le faire tous les jours pour que les personnes qui suivaient mes cours puissent vraiment vivre tous les bénéfices d’une pratique régulière.

Ce n’est pas une exploration que l’on peut découvrir en pratiquant par ci ou par là sur YouTube.

Je suis heureuse dʼavoir pu mʼoffrir ce temps, et de lʼavoir offert aux autres en retour !

Cette expérience inattendue a été très riche en enseignements à bien des égards.

C’est ainsi que sont nés mes cours en ligne.

Lors de ma pratique et pendant mes cours, mais également en réflexologie plantaire, mon exploration du corps commence toujours au centre.

Ensuite, j’ai d’abord besoin de déverrouiller le haut de mon corps pour l’alléger. J’aime bien l’image d’une marionnette suspendue par un petit fil au sommet du crane, pour prendre conscience que le ciel me porte.

Photo d'une marionnette reliée à ses fils
Une marionnette portée par le ciel

En suivant, je déverrouille mes jambes, jusqu’à mes pieds.

Après ce travail de découverte de mon corps, c’est pour moi de jour en jour, beaucoup plus facile de m’abandonner au relâchement de mon axe (ma colonne vertébrale) et de mon corps, même en position statique de l’arbre.

Ainsi, je ressens naturellement ma connexion à la terre et au ciel.

Et si nous parlions un peu plus de nos résistances ?

Au début de notre pratique, la posture de l’arbre peut être assez difficile à tenir. Le temps peut paraître très long. Nous nous sentons souvent impatients d’y arriver et d’avoir des ressentis.

Cette vision de notre corps est loin d’être familière. Nous pouvons quelquefois avoir beaucoup de mal à faire confiance en ce nouvel apprentissage.

Un tel travail demande de faire des exercices plutôt simples. Ces derniers peuvent être perçus comme monotones également.

Pour relâcher nos vertèbres lombaires nous devons changer nos habitudes corporelles. Nous ne sommes pas toujours prêt pour ce profond changement intérieur….

En ce qui me concerne, jʼai mis très longtemps à ressentir que je pouvais décambrer mon dos, sans plier mes genoux en premier !

Je remercie Docteur Jian pour toutes les fois où il m’a corrigé avec beaucoup de patience, car je n’y parvenais pas.

Le processus d’apprentissage a été plutôt long pour moi, et comme tout le monde je suis continuellement en chemin.

Toute ma lenteur d’apprentissage me permet aujourd’hui de décortiquer au maximum mes cours, pour qu’ils soient accessibles au plus grand nombre de personnes.

Cela me permet bien-sûr également de comprendre un large éventail de toutes les difficultés rencontrées lors de cet apprentissage bien particulier.

Nos plus grandes faiblesses sont finalement la base de nos plus belles forces. 😉

Et pourtant…

En s’habituant à ce nouveau processus intérieur, on ressent beaucoup plus de fluidité dans tout notre être :

  • Nos mouvements deviennent au fur et à mesure beaucoup plus harmonieux et confortables à la fois.
  • Tout le reste de notre corps fait donc beaucoup moins d’effort.
  • Nos genoux et nos hanches sont beaucoup moins sollicitées.
  • Nos muscles, nos tendons, nos ligaments, ainsi que nos fascias deviennent de plus en plus souples.
  • L’énergie de nos reins est renforcée.
  • Notre vitalité s’améliore de jour en jour.
  • Notre colonne vertébrale est de plus en plus mobile.
  • Notre cerveau est mieux nourri.
  • Nous pouvons même parfois avoir l’impression de rajeunir.
  • Tout notre corps se détend et notre mental suit son exemple.
  • Nous nous laissons guider plus facilement, par l’intuition de notre cœur.
  • En se connectant à notre centre, nous goûtons à la confiance en nous et en la vie.
  • Nous reconnaissons plus aisément ce qui est juste pour nous.
  • Nous prenons tranquillement notre juste place au cœur du monde qui nous entoure.
  • Et bien plus encore…

Voici maintenant un bref aperçu de ce que le Qi Gong m’a apporté personnellement :

A l’âge de 30 ans, j’avais mal à mon dos jour et nuit. Tout mon corps était très tendu et je me sentais en permanence à fleur de peau. A l’aube de mes 50 ans, toutes mes douleurs se sont véritablement apaisées, et je me sens bien physiquement et mentalement.

Lorsque j’ai commencé à pratiquer le Qi Gong, j’ai changé de métier, et lorsque j’ai commencé à me former à cette approche du relâchement de la colonne vertébrale, j’ai très vite rejoint ma terre natale Corrézienne.

La pratique du Qi Gong a donné de multiples tournants essentiels à ma vie !

Aujourd’hui, je me sens plus épanouie et plus stable à la fois, pour vivre tous les challenges que la vie met sur mon chemin.

Chaque journée est une nouvelle invitation à rencontrer la force intérieure qui sommeille au fond de moi !

Cet article est simplement le récit de ma propre expérience, et un aperçu de mon ressenti intérieur…

Je vous invite vraiment à essayer à votre tour le Qi Gong, si le cœur vous en dit. Cette approche particulière est à la fois difficile dans son apprentissage, simple dans sa logique et puissante au delà des apparences.

Votre vécu sera également unique…

Les bienfaits de ce Qi Gong ont été si précieux pour moi, que je me réjouis de le transmettre à mon tour !

Je vous souhaite de tout mon cœur de vivre ce relâchement intérieur un peu plus chaque jour, et de rayonner simplement ce que vous êtes…

Lumineuses pensées.

Avez-vous aimé cet article ?

Votez pour cet article
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 notes, moyenne : 4,00 sur 5)

Loading...

Vos premiers cours avec moi gratuits

cours gratuit Qi Gong cours gratuit Qi Gong

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *